WWW.DISSERS.RU

    !


Pages:     || 2 | 3 | 4 | 5 |   ...   | 12 |
( ) / . .. . : . . -, 2002. 84 .

4 : 1) ; 2) ;

3) ; 4) . . , . , . .

.

.

( ) , 2002 2002 2 surenchre srielle, en rclamant, au nom des jeunes musiciens, le droit la M U S I Q U E libert, limagination, lexpression. Il dnonce la nature inhumaine de la thorie une musique pour une lite, il critique en bon connaisseur la musique UN PEU DHISTOIRE srielle qui se place en dehors de lexprience artistique vcue. La crise traverse par la musique contemporaine dans la France daprs-guerre est Lavant-garde musicale franaise sappuie sur les thories dun vidente un bon nombre de musiciens franais: ils sont proccups par la individualisme militant, qui oppose un artiste libre la socit, qui ne tient pas croissance des tendances une musique dshumanise.

compte de la vie politique contemporaine, du combat de lhumanit pour la Deux noms prestigieux out marqu la musique franaise populaire daprsjustice sociale et la paix.

guerre: Maurice Jarre (1928) et Michel Legrand (1932).

Lcole srielle ou dodcaphonique considre par la critique bourgeoise Le premier, musicien attitr du TNP et du Festival dAvignon dirigs par comme la pointe avance du langage contemporain est en ralit le produit dun J. Vilar, sans crire de musique pure, nen est pas moins un authentique climat donn une poque donne. Ne entre les deux guerres Vienne, crateur: apportant la musique de scne des dimensions nouvelles et un envahie par linflation et la misre, cette musique exprimait langoisse et des nouvel accent il fait une musique vraiment populaire sans concession aucune sentiments pathologiques.

la facilit. La gloire de M. Jarre est davoir li son destin de crateur au destin Sa technique de composition est cre par A. Schnberg, compositeur du TNP: la musique quil projtait sur la scne avait la mme fonction que les autrichien (18741951): une gale valeur harmonique est conserve aux douze clairages et les costumes, que le jeu des acteurs: elle tait mise au service dun tons de la gamme chromatique; lcole viennoise dirige par A. Schnberg et spectacle, en faisait partie intgrante. Son langage mlodique dune fermet et A. Webern trouvait ses adeptes en France.

dune concision remarquables, sa rythmique audacieuse et significative portent R. Leibowitz sy chargea de sa propagande et il eut ses disciples parmi les toujours une marque personnelle; bien que soumis laction dramatique.

lves de Messiaen, alors professeur au Conservatoire de Paris. Les plus dous Conue pour les spectacles du TNP, lie leur sort, la musique de M. Jarre a dentre eux taient P. Boulez, J.-L. Martinet et S. Nigg. Ils avaient en commun influenc la sensibilit musicale de toute une gnration de jeunes spectateurs, le got de lindit, du rare, des explorations. Le premier, P. Boulez, devient vite et cette fonction socio-culturelle de sa musique en fait un phnomne marquant le chef de file de cette nouvelle musique en France. Il sattche adapter de la vie musicale franaise. Cette liaison avec son poque et ses problmes, latonalisme viennois lesprit franais en aspirant une synthse entre les M. Jarre la exprime en 1957: Il est certain que la musique de scne est techniques srielles, les conqutes rythmiques de C. Debussy, I. Stravinsky, actuellement lun des meilleurs moyens pour le jeune compositeur dentrer en A. Jolivet et O. Messiaen et les dcouvertes dans lorganisation des timbres et contact avec le public: cest bien dans le manque de contact que rside le des intensits. Depuis le Marteau sans matre (1954), son uvre capitale, il problme. Je pense quil faut assimiler son temps. Je souhaite mouvoir et soumet de plus en plus lenseignement de A. Webern lesprit de la musique toucher lhomme de 1957, un homme qui dans les ports, au thtre et lusine, franaise incarne par C. Debussy.

coute, prte loreille aux bruits de la paix comme ceux des sirnes. Il est Depuis 1954, P. Boulez entreprend la propagande de la musique srielle en impossible quun homme qui a connu la guerre moderne nen ait pas t organisant le Domaine musical, centre de lavant-garde franaise qui propose boulevers, donc, modifi... au public parisien des concerts de nouvelle musique, dirigs par G. Amy, Aprs le dpart de J. Vilar du TNP (1963), M. Jarre a compos des ballets compositeur et chef dorchestre (de 1967 1974). En 1975, P. Boulez se met pour Roland Petit les Chants de Maldoror (1962) et Notre-Dame de Paris la tte de lIRCAM (Institut des Recherches et de la Coordination dAcoustique (1965), de la musique pour le cinma, pour la comdie musicale et des Musicale) auprs du Centre G. Pompidou Paris, tout en poursuivant ses chansons.

activits du chef dorchestre.

Luvre de M. Legrand tmoigne aussi quil ny a pas de bonne musique Une rvolte contre le conformisme davant-garde dans la musique sans une liaison troite avec son poque, ses contemporains. Sa musique, franaise se trouve dans le manifeste de Jacques Bondon, publi en 1955 dans classique et lgre, pour le cinma, les ballets, les revues de music-hall, les le Combat. Elve de D. Milhaud, ce musicien de talent, auteur duvres chansons, tout en elle attire un grand public: caractre national, trs accentu, sa dodcaphoniques, exprime dans les pages du Combat sa rvolte contre la 3 forme indite lgante et mlodieuse, son pouvoir vocateur qui russit THTRE LYRIQUE exprimer toutes les nuances dans les sentiments humains. Le talent et la matrise professionnelle de M. Legrand (il a fait des tudes au Conservatoire Dans la vie musicale de Paris, une place importante est toujours revenue dans la classe de la clbre pdagogue et compositeur Nadia Boulanger) lont lOpra, thtre total, par exellence, runissant la musique, le texte, les fait connatre des millions de gens dans le monde entier aprs le clbre film dcors, le mouvement, le geste.



de Jacques Demy les Parapluies de Cherbourg (1964), dont il a crit la Par sa nature mme, cette forme artistique est propre initier le grand musique. Musicien professionnel de talent, il vient la chanson en collaborant public, les grandes masses populaires, la musique.

des orchestrations avec son pre Raymond Legrand, compositeur et chef Cet art est prsent par deux thtres Paris lOpra de Paris et lOpradorchestre de varits. Il orchestre lui-mme de nombreux accompagnements Comique qui forment la Runion des Thtres Lyriques Nationaux, rattache pour E. Piaf, C. Sauvage, J. Grco, H. Salvador, J. Franois, etc. qui interprtent au ministre de la Culture, dote de lautonomie financire, subventionne par volontiers les chansons composes par M. Legrand. Il dirige des concerts de lEtat.

varits et de musique classique populaire, tout en cherchant des effets LOpra de Paris (son titre officiel est Acadmie Nationale de Musique) orchestraux et sonores originaux. Ses mlodies de cinma et ses meilleures occupe depuis 1875 le magnifique Palais Garnier, construit par Charles Garnier, chansons empreintes dune rare invention mlodique et orchestrale rsistent place de lOpra. Le thtre est servi par une grande compagnie dacteurs tous les changements de mode, apportant une grande joie tous les amateurs de dopra et de ballet, par un orchestre, un chur, un corps de ballet excellents.

musique franaise.

LOpra de Paris qui remonte 1671 a toujours t un thtre de conscration, On ne pourrait se faire une ide de la culture musicale de la France sans la au rpertoire compos essentiellement duvres nationales et trangres chanson franaise qui en fait partie intgrante. A la base de la centralisation classiques dpoques passes.

dune vie musicale franaise Paris, la chanson, musique de genre urbain par Toutes les tentatives de renouveau dans le rpertoire courant, par de excellence, y a acquis une importance toute particulire. Depuis P.-J. Branger, nouvelles crations scniques daprs les uvres musicales modernes, se P. Dupont, jusqu M. Chevalier, Mistinguett, E. Piaf, G. Brassens, etc. la heurtent lopposition du public bourgeois conservateur. Les gots culture de la chanson de Paris a atteint un niveau artistique trs lev. Elle est traditionnels de celui-ci le tiennent lcart de la nouvelle musique entre titre dgal dans la musique franaise et ses mlodies envotantes se contemporaine dont le langage insolite et difficile lui est tranger. Le second retrouvent non seulement chez J. Offenbach, mais aussi chez D. Milhaud, Thtre National dOpra Opra-Comique datant de 1715 est install depuis G. Auric, A. Honegger, etc.

1898 dans ldifice dit Salle Favart. LOpra-Comique a un rpertoire beaucoup La chanson restitue la posie une actualit quelle risquait de perdre.

plus riche et souple. Thtre de cration, de recherches, lOpra-Comique, Enregistre, radiodiffuse, mise en scne, dramatise par la comdie musicale, considr comme moteur du thtre lyrique franais offre sa scne aux la chanson aide un pote redevenir un personnage prsent, moderne, positif.

grands compositeurs contemporains: F. Poulenc, D. Milhaud, G. Charpentier, La posie vit l une de ses aventures modernes et exaltantes. Plus que toute A. Jolivet, M. Landowsky y ont vu crer leurs uvres.

autre uvre dart, la chanson appartient au peuple, ainsi que son auteur et son * * * * * interprte qui gagnent une renomme vraiment nationale.

Sur le thtre lyrique jai des ides trs prcises simplement parce que jai Parmi les plus renomms, une place toute particulire est occupe par E. Piaf, vcu pour lui. Jai beaucoup crit duvres symphoniques mais jai tout de cette reine de la chanson parisienne moderne, et G. Brassens, pote, compositeur mme vcu depuis un demi-sicle dans le thtre lyrique et pour lui. Jai connu et interprte, dont le talent a t couronn par le Grand Prix de Posie de tous ses publics. Jai fait des confrences dans les Universits populaires, aux lAcadmie franaise.

J. M. F., la Radio. Les missions que faisait Dominique Plessis mont donn G. Brassens reste un phnomne inimitable, trs haut dans le ciel de la des exemples, des leons. Elle avait un public extraordinaire qui lui crivait. Un chanson franaise pourtant si riche en noms clbres: M. Chevalier et Ch. Trnet, ptissier de Nice: moi, jai dcouvert la musique en entendant la Damnation de J. Brel et L. Ferr, G. Bart et Ch. Aznavour, qui sont devenus classiques.





Faust. Un facteur de Roubaix: jadore la musique depuis que jai entendu Carmina Burana.

5 On parle de thtre total, cest le thtre lyrique, tout y est en jeu, du texte Salzburg avec un succs considrable. Et lOrchestre de lOpra fut toujours la musique en passant par la dcoration et le ballet, le mouvement, le geste. accueilli triomphalement ltranger! On parle dart populaire, mais sil y a un art populaire, cest celui, l ! Car les Jai dirig lOpra-Comique pendant deux ans et demi. Aprs ma gens venaient au thtre lyrique pour ce quon y chantait, pour ce quon y nomination en 1949, sous ladministration de Georges Hirsch, Jacques Jaujard, retenait, et aussi pour lhistoire. Cest pour cela que je suis rserv quand on alors directeur gnral des Arts et Lettres, me dit:

vante, sans aucune restriction, lutilisation de la version originale. Le simple Alors Cet Opra-Comique public, simple dans ses aspirations et son comportement, se trouve cart dune Je lui ai rpondu:

satisfaction laquelle il irait volontiers sil comprenait tout. Cest un thtre dont on dit beaucoup de mal et dont il faut penser Le thtre lyrique a toujours un public qui laime pour lui-mme. Il y a un beaucoup de bien.

danger, cest le culte de la vedette: cest une satisfaction; mais cest un danger. Les compositeurs qui ont illustr lOpra-Comique sont les plus nombreux Le thtre lyrique vit surtout par des quipes qui travaillent ensemble. On et ils sont les plus grands. Cest dans ce thtre-l qu cette poque on jouait apprenait des rles nouveaux, on changeait le rpetoire. Tandis que maintenant, Ibert, Poulenc, Milhaud. Jai vu travailler cte cte Massine et Derain, rglant on descend du train, on rpte un ouvrage quon sait, on le chante et lon sen des ballets, Gustave Charpentier et Utrillo pour le cinquantenaire de Louise.

va. Cest brillant. Je ne suis pas sr que ce soit la vie du thtre lyrique. Comme Je ne crois pas quil y ait un dsintrt pour le thtre lyrique chez les presque toujours dans la vie, il est probable que la vrit est au milieu, cest-- jeunes compositeurs. Bien entendu, ce thtre a ses rgles, et lon voit, dans la dire que pour certains rles il faut une vedette, les rles pleins dclats, mais musique contemporaine, des orientations non-conformes la pratique physique pour lensemble de louvrage il faut une quipe. du chant. Mais il ne faut pas se laisser aller au sectarisme esthtique, ni contre Il ne faut jamais oublier que le vrai moteur du thtre lyrique franais, le pass, ni contre le prsent, ce qui compte, cest quon produit. Et le drame ctait lOpra-Comique. Dabord, cest l, qutait le grand rpertoire franais. lyrique est encore la meilleure forme artistique propre amener le public le plus Dautre part, cest l, que les jeunes compositeurs franais faisaient leurs large la musique; je souhaiterais que laccs aux salles lyriques soit trs premires armes. Aujourdhui, le compositeur qui a une uvre sur les bras, qui largement ouvert au peuple tout entier.

veut la faire jouer, o va-t-il la porter Nulle part! Jai gard une admiration norme pour Albert Doyen dont jai connu les LOpra est un thtre de conscration, il la toujours t. LOpra-Comique Ftes du peuple. Jai vu son apostolat, alors, pour moi, cest a la vie artistique, tait un thtre de cration. La situation daujourdhui est tragique: vous navez cest lenthousiasme populaire.

pas de relve dartistes lyriques, et vous naurez pas de relve de compositeurs si a continue. Les thtres rgionaux font des efforts extraordinaires; jai t jou LA JEUNE FRANCE Rouen, avec Antoine et Cloptre, dans des conditions magnifiques. Mais ces thtres donnent deux reprsentations, au mieux.

Le manifeste de la Jeune France, groupe de cration form en 1936 par quatre Je trouve trs bien que des initiatives diffrentes ouvrent la marche dun jeunes compositeurs franais, se donne pour une tche urgente le renouveau de la thtre des voies diffrentes. Ce que je ne comprends pas, cest que des gens musique moderne, cest--dire sa haute vocation humaine, sa grande valeur soient tout heureux de se transformer en voyageurs sans bagages. Car enfin, jai thique, son contenu essentiellement humaniste, en un mot, la musique au service assist lOpra la cration de Jeanne au Bcher, des Indes Galantes; des des hommes. Y. Baudrier, O. Messiaen, D. Lesur et A. Jolivet ont fait la tentative reprises brillantes: la Ttralogie avec Knappertsbuch ctait clatant; sous dune rhumanisation de la musique, dune continuit de lesthtique de Auric: Don Carlos, Turandot dont on a dclar ltranger que ctait la plus Debussy.

belle reprsentation quon en ait vue; Wozzek, admirablement dirig par Boulez;

Une place de choix dans la musique franaise contemporaine est occupe Il Prigioniero, de Dallapiccola.

par O. Messiaen (1908) dont le prestige nest pas d seulement ses Dans le domaine du ballet, pas besoin dpiloguer, mais son apoge se compositions mais aussi son talent dorganiste, dimprovisateur dorgue, ainsi place en 1955-1956. Il ne faut pas oublier que nous avons cltur le Festival de qu ses activits pdagogiques au Conservatoire de Paris. Son uvre magistrale Turangalla Symphonie (1948) cre pour lorchestre de Boston 7 fut accueillie avec enthousiasme comme hymne damour et de joie exprim LA CHANSON FRANAISE avec un brio et une richesse orchestrale sans pareille.

Pages:     || 2 | 3 | 4 | 5 |   ...   | 12 |










2011 www.dissers.ru -

, .
, , , , 1-2 .